Categories

Accueil > Newsletter > Newsletter n° 10

3 juin 2010
Admin

Newsletter n° 10

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Veuillez trouver ci-dessous une copie de la lettre adressée aux autorités malgaches pour réitérer la demande d’information de tous les citoyens concernant le contrat de vente de l’eau du fleuve Mananara dans le Nord-Est de Madagascar car aucune autorité compétente n’a répondu à notre requête du 31 janvier 2010.

Merci pour votre soutien.

Bien cordialement
Le Bureau du Collectif TANY

COLLECTIF pour la DEFENSE des TERRES MALGACHES – TANY
Maison des Associations du 11ème Arrondissement - Boîte n°89
8, rue du général Renault – 75011 – PARIS

A

Monsieur Le MINISTRE de l’EAU
de la République de MADAGASCAR

Fidèle à ses engagements pour la défense des terres et des paysans malgaches, le Collectif TANY est préoccupé par le projet de vente d’eau du fleuve Mananara-Nord dont l’état d’avancement demeure obscur pour les citoyens malgaches, comme nous l’avions indiqué dans une lettre datée du 31 janvier 2010 qui vous a été adressée et qui a été rendue publique par des organes de presse malgaches et des ONGs internationales.

Or, les autorités malgaches compétentes dont vous êtes n’ont pas répondu à la demande légitime de transparence sur ce contrat de vente d’eau douce à destination d’un pays du Golfe persique.

Les rares informations parvenues au Collectif TANY depuis fin janvier n’ont fait que renforcer ses inquiétudes. Elles révèlent que ce projet a fait l’objet de la signature de deux protocoles d’entente en 1988 et 2005 entre le gouvernement malgache et la société canadienne Aquamar et que entre ces deux périodes, des modifications importantes des termes du contrat auraient été apportées, à savoir l’allongement par deux de la durée du projet et la multiplication par trois du volume d’eau à fournir.

Par conséquent, le Collectif TANY réitère sa demande sur la nécessité d’informer tous les citoyens sur la teneur du contrat en cours actuellement :

- Qui a réalisé les études d’impact environnemental et quels en sont les résultats précis ?

- Quel est le pays du Golfe destinataire ?

- Quel est le volume d’eau douce à fournir dans le dernier contrat signé entre les autorités malgaches et la société Aquamar ? Qui contrôlera le volume d’eau réellement capté ?

- Qui financera les infrastructures nécessaires ?

- Quelles sont les contreparties pour les citoyens malgaches ? A qui seront versés les revenus engrangés ? Quelle redistribution est prévue entre les structures de l’Etat central et celles régionales et locales ?

Comme les terres, l’eau est une ressource vitale, stratégique, convoitée, elle est même à l’origine de conflits armés dans le monde. L’importance et la valeur de l’eau au XXIe siècle sont donc primordiales. Elle est d’autant plus précieuse à Madagascar qu’un grand nombre de citoyens malgaches n’y ont pas accès.

Comptant sur votre sens civique et votre attachement à la transparence et à la bonne gouvernance, nous sollicitons de toute urgence, Monsieur Le Ministre, une réponse de votre part et vous prions d’agréer notre très haute considération.

Paris, le 31 mai 2010
Pour le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches – TANY
Pour le Bureau
Mamy Rakotondrainibe, présidente.
patrimoinemalgache@gmail.com - http://terresmalgaches.info