Categories

Accueil > Newsletter > Newsletter n° 52 : en Français & in English

17 avril 2016
Admin

Newsletter n° 52 : en Français & in English

La compensation de la biodiversité de Rio Tinto à Madagascar : un double accaparement de terre au nom de la biodiversité ?

Mesdames et Messieurs,

Veuillez trouver, ci-dessous un communiqué de presse et les liens vers le rapport complet en Français et en Anglais d’une visite sur le terrain réalisée par les organisations World Rainforest Movement et Re:common. Une version Malagasy sera disponible très prochainement.

Le rapport a été lancé le 14 avril 2016, jour de l’Assemblée Générale annuelle des actionnaires de Rio Tinto à Londres. Une responsable du Collectif TANY, présente à cette AG avec d’autres représentants d’organisations soutenant les communautés locales affectées par les activités minières de Rio Tinto dans d’autres pays (Inde, Mongolie, Etats-Unis), a pris la parole, annoncé le lancement du rapport le jour-même et demandé aux dirigeants de Rio Tinto

1/ ce que Rio Tinto fera pour assurer que le projet de compensation de la biodiversité de la compagnie ne résulte pas par l’appauvrissement et la famine au sein des familles d’Antsotso ;

2/ sur quelles bases s’appuie Rio Tinto pour déclarer que la destruction des 1.600 ha de forêts sur le site d’exploitation de l’ilménite aura un “Impact Positif Net” sur la biodiversité ?

Cordialement
Le Collectif TANY

COMMUNIQUE DE PRESSE

Ces dernières années les sociétés minières se sont activement engagées à promouvoir la « compensation à la biodiversité » comme un moyen de « rendre vert » le secteur minier. Le projet de compensation de la biodiversité de Rio Tinto QMM dans la région d’Anosy au Sud-Est de Madagascar, a été, en particulier, largement médiatisé en tant que modèle de compensation de la biodiversité.

Rio Tinto et ses partenaires du secteur de la conservation prétendent que la stratégie de conservation de la biodiversité de la compagnie compensera la perte de biodiversité mais que en plus, l’exploitation minière aura même, en fin de compte, un « Impact Positif Net » sur la biodiversité.

Que font les plus touchés par la compensation de la biodiversité de Rio Tinto de cette initiative pilote dans le secteur minier ? Une étude sur le terrain effectuée conjointement par Re:Common et WRM en 2015 fait état d’une réalité très différente des images présentées dans les luisantes brochures diffusées sur le plan international. Très peu d’informations ont été rendues accessibles aux communautés sur ce qu’e sont réellement ces projets de compensation de la biodiversité. Les villageois n’ont pas été informés du fait que ce qui leur a été présenté comme un « projet de conservation » a été conçu en réalité pour compenser l’extraction d’ilménite de Rio Tinto QMM qui détruit l’exceptionnel et précieux littoral forestier proche de la ville de Fort Dauphin, à une cinquantaine de kilomètres au sud du site de compensation de Bemangidy-Ivohibe.

Les villageois de ce site de compensation de la biodiversité ont ressenti les restrictions comme étant imposées sans négociation ni aucune considération à l’égard de leur situation. Leurs moyens de subsistances sont devenus encore plus précaires, ainsi Rio Tinto peut accroître ses profits. Une réunion avec une ONG de conservation impliquée dans la mise en œuvre des mesures de compensation de la biodiversité a révélé que des méthodes éthiquement déplorables avaient été utilisées pour assurer le respect de ces restrictions sur l’utilisation de la forêt.

Des solutions de substitution génératrices de revenus ont été promises pour soulager la perte d’accès à la forêt mais n’ont pas encore été matérialisées alors que de sévères restrictions sur l’utilisation de la forêt de la communauté sont déjà en place et que le seul endroit laissé aux villageois pour cultiver leur aliment de base, le manioc, sont des dunes sableuses.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Re:Common : Luca Manes
Tel : +39 335 57 21 837
lanes@recommon.org
http://www.recommon.org

World Rainforest Movement : Teresa Perez
Tel : +598 2605 69 43
teresap@wrm.org.uy
http://wrm.org.uy

Commentaires de villageois lors d’une réunion communautaire en septembre 2015 au village d’Antsotso, affecté par le site de compensation à la biodiversité Bemangidy-Ivohibe de Rio Tinto QMM

« Nous souffrons vraiment parce que nous devons arrêter de cultiver là-bas. Nous avons déplacé nos cultures dans les dunes, mais c’est tellement sableux que c’est très difficile de faire pousser quoi que ce soit. Déjà ils nous prennent nos terres et ne nous dédommagent même pas. Ils ont dit qu’ils le feraient, mais ils ne l’ont jamais fait. Peut-être dix personnes ont bénéficié de projets de micro-crédit, d’une valeur de 60 000 Ariary (18 euros) chacun, mais ce n’est rien du tout pour pouvoir réaliser un projet durable. » « Nous pensons que c’est très bien de protéger la forêt, mais ils devraient d’abord se soucier de notre survie, ils auraient dû nous enseigner la manière de cultiver ailleurs. Depuis qu’Asity [l’ONG de conservation] vient ici, notre vie est bien pire qu’elle ne l’était auparavant. Notre niveau de vie se dégrade chaque jour davantage. C’est vrai qu’il faut que nous pensions au futur. Mais comment pouvons-nous penser au futur si nous n’avons rien à manger aujourd’hui ? Si nous n’arrivons même pas à nous nourrir ? Nous savons qu’il est nécessaire de protéger la forêt parce que nous n’avons rien d’autre que la forêt. Et ils nous l’ont prise. »

Le rapport est disponible en Anglais English et Français French. Un résumé en italien est disponible ici here.


Rio Tinto’s biodiversity offset in Madagascar.
A double landgrab in the name of biodiversity ?

Dear all,

Please find below a press release and the links to the full report – in English and French – of a visit on the field performed by the organizations World Rainforest Movement and Re:common. The Malagasy version will be issued later on.

The report was launched on 14 April 2016, the same day as the Annual General Meeting of Rio Tinto shareholders in London. A board member of the Collective TANY, attended this meeting with representatives of organizations supporting local communities affected by Rio Tinto mining activities in other countries (India, Mongolia, USA), made a statement to announce the report release the same day and asked the Rio Tinto headquarters

1/ What will Rio Tinto do to ensure families at Antsotso do not have to go poorer and hungry as a result of the company’s biodiversity offset project ?

2/ On what basis does Rio Tinto claim that the destruction of 1,600 hectares of forests at the ilmenite site will have a “Net Positive impact” on biodiversity ?

Best regards
The Collective TANY

PRESS RELEASE

In September 2015 Re:Common and the World Rainforest Movement (WRM) carried out a joint field visit to investigate the Rio Tinto QMM biodiversity offset project in the Anosy region of south-eastern Madagascar. On the occasion of the Rio Tinto AGM on 14 April in London, WRM and Re:Common are today releasing the attached report that describes the findings of our investigation.

Our field investigation found that the reality around the offset site we visited is very different from the picture presented in the glossy brochures distributed internationally. In particular, subsistence livelihoods of villagers at the biodiversity offset site at Bemangidy-Ivohibe are made even more precarious by the biodiversity offset.

Villagers at this offset site felt that restrictions had been imposed without negotiation and with little regard for their situation. The biodiversity offset linked to the Rio Tinto QMM ilmenite mine in Madagascar has been widely advertised as a biodiversity offset model. The biodiversity offset has been used to justify destruction of a unique forest in the littoral zone - a forest type with extremely high species endemism and with only few unfragmented remnants left.

What we found at the Bemangidy-Ivohibe biodiversity offset site was everything but exemplary in many ways. We appeal to you to use the occasion of the Rio Tinto AGM in London and opportunities in the near future to raise the issue of the biodiversity offset reality in Madagascar with the company.

Claiming that this biodiversity offset initiative could contribute to a "Net Positive Impact" on biodiversity in the region affected by the QMM ilmenite mine is misleading, to say the least. In addition, the glossy brochures fail to address the severe negative social impacts the biodiversity offset is causing for villages such as Antsotso - a community affected by the Bemangidy-Ivohibe offset site.

Villagers of Antsotso in particular are left in a dire situation as a result of the Rio Tinto QMM biodiversity offset at Bemangidy-Ivohibe, some 50 kilometers to the north of the mining site. They lost the land used to grow their staple food, manioc, at the edge of the forest. The only place left for them to grow manioc now are the sand dunes. Manioc production in the sand dunes is not going well. As a result of the Rio Tinto biodiversity offset project at Bemangidy-Ivohibe, families with no cash income to buy food are left without sufficient food to feed their families.

Comment from villagers at a community meeting in September 2015 at the village of Antsotso, affected by the Rio Tinto QMM Bemangidy-Ivohibe biodiversity offset site :
We are really suffering now because we had to stop cultivating there. We moved our cultivation into the dunes, but it’s so sandy there that growing anything is difficult. Plus they took our land and did not even compensate us. They said they would, but they never did. They provided micro-credit projects to maybe 10 people, with 60,000 Ariary [18 euros] each, but this is nothing to make a sustainable project.”

The report is available in English and French. A summary in Italian is available here.

A Malagasy version is available on request.

Please circulate widely.

Best wishes,
WRM and Re:Common

For further information, please contact :

Re:Common : Luca Manes
lanes@recommon.org
Tel : +39 335 57 21 837
http://www.recommon.org

World Rainforest Movement : Teresa Perez
teresap@wrm.org.uy
Tel : +598 2605 69 43
http://wrm.org.uy